Gabon/Développement: ce qu’il faut pour booster l’entrepreneuriat au Gabon

 Gabon/Développement: ce qu’il faut pour booster l’entrepreneuriat au Gabon

Donald Urbain Indigui, coach et formateur en entreprenariat et financier

L’envie de créer sa propre entreprise touche de plus en plus les gabonais. Mais plusieurs d’entre eux hésitent pour diverses raisons, entre autres le manque de financement, les lourdeurs au niveau des procédures administratives. Dans sa rubrique “L’invité de la semaine”, la plateforme Edifice Commun a reçu par visioconférence Donald Urbain Indingui, Entrepreneur, Coach, formateur, Comptable et financier de formation, pour échanger sur le thème ‘’Solidarité, Patriotisme économique et financier’’, afin d’apporter de l’huile à mettre sur ce qui peut représenter un frein à l’évolution entrepreneuriale au Gabon.

 

De façon générale, le Gabon accuse un gros déficit dans ses ambitions de création de richesses par le secteur privé, de réduction du taux de chômage et de performance de son écosystème entrepreneurial. A ce constat, Donald Urbain Indingui donne pour raisons l’instabilité de l’environnement des affaires tandis que le monde évolue avec la technologie et par conséquent les consommateurs ont de nouveaux besoins, l’absence de culture entrepreneuriale et prise de risques.

«L’entrepreneur gabonais peine à s’adapter avec l’évolution du digital. Il y a des nouveaux besoins qu’il faut combler dans les assurances, les transferts de fonds et la digitalisation des banques. Les promoteurs n’ont pas une vision claire de l’avenir, la concurrence déloyale très forte du secteur informel envers le secteur formel qui jusqu’ici n’est pas encore maitrisé par les pouvoirs publics, la mauvaise gestion et l’accointance malheureuse des caisses des entreprises avec celles de familles », a-t-il fustigé.

 

En ses qualités de Coach et Formateur dans le domaine entrepreneurial, Donald Urbain Indingui propose des solutions qui pourraient faire bouger les lignes. Il appelle les gabonais à cultiver les valeurs de solidarité et de patriotisme sur les plans économique et financier afin qu’ils s’approprient et diversifient l’économie gabonaise. Cela permettra de participer de façon individuelle ou collective à réduire le taux de chômage et le nombre des gabonais économiquement faibles pour chasser la pauvreté dans les familles. Il revient aux uns et aux autres de tisser des relations d’assistance mutuelle. De laisser de côté l’égoïsme et faire place à l’esprit patriote pour aspirer à un développement certain de l’entrepreneuriat et par conséquent du développement du pays.

«On peut être solidaire tout en adoptant l’esprit d’appartenance, de fierté à notre pays pour sa croissance économique. Que ceux qui ont des moyens financiers se mettent à la disposition de ceux qui ont des projets. Le but est de booster la fibre patriotique qui pourra répondre à la question de savoir comment l’on peut observer le paysage économique de notre pays sans pouvoir s’organiser et faire bouger les lignes. Il faut donc développer un réseau de business. Pour y arriver il faudrait procéder à une mise à jour des mentalités, chasser l’égoïsme et promouvoir le partage».

 

Au Gabon, 60% des emplois sont créés par les PME, d’où la nécessité de booster le secteur privé. Il est donc essentiel de tuer l’individualisme, il faut se mettre ensemble pour proposer et mettre en place des stratégies d’innovations.  A ce niveau, les gouvernants et les acteurs économiques doivent jouer leur partition. Ils doivent non seulement mettre en place des lois et de bonnes politiques qui favorisent la création d’entreprise, mais aussi créer la performance au sein de ces PME et développer un écosystème entrepreneurial beaucoup plus favorable, et une fiscalité adaptée aux réalités du pays.

Le patriotisme dont fait état Donald Urbain Indingui devrait également s’opérer dans l’administration gabonaise. Cette dernière est réputée pour la lourdeur et la lenteur dont elle fait montre ainsi que des pots-de-vin, qui impactent négativement la volonté des entrepreneurs dans l’obtention d’un quelconque document  qui pour la plupart du temps constitue un complément de dossier.

 

La courbe entrepreneuriale au Gabon peut connaître une véritable ascendance si les intérêts individuels font places aux intérêts collectifs. Que cette conclusion du Coach et Formateur Donald Urbain Indingui nous interpelle tous: «le marché est là. L’économie n’attend que nos bras et nos intelligences pour nous l’approprier et démarrer un business».      

Digiqole ad

Laurenne M.

Articles connexes

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *