Gabon/Ministère des Transports: quand Serge Olivier Nzikoué sème la pagaille

 Gabon/Ministère des Transports: quand Serge Olivier Nzikoué sème la pagaille

La vraie fausse prestation de Serge Olivier Nzikoué

Tout découle d’un constat sur un manquement qui imposait à la tutelle une rectification dans son fonctionnement interne. En observant le siège de Directeur du Bureau d’Enquêtes des Incidents et accidents d’aviation(BEIAA) vacant depuis le départ à la retraite de Dieudonné Mfoubou Moudhouma, le ministre des transports, Brice Constant Paillat, ses prérogatives de ministre l’autorisant, a désigné le 22 juin dernier Guy-Patrick Ekome Nzeng pour en assurer l’intérim. Mais cette note de service qui permettait d’ajuster la gestion interne au sein dudit ministère a très vite sorti Serge Olivier Nzikoué de ses gongs, lui étant le directeur intérimaire “autoproclamé” à ce poste.

 

Depuis plus d’une semaine, la note de service de Brice Constant Paillat essuie de vives critiques de la part de Serge Olivier Nzikoué et ses acolytes. Pour cause, cet agent, qui voyant le poste laissé libre par Dieudonné Mfoubou Moudhouma, a cru avoir l’étoffe pour occuper cette fonction, quand bien même aucune note de prise de fonction ou d’autorisation à prêter serment lui soit délivrée par sa hiérarchie.

Mais ladite note visant à assurer le fonctionnement normal de cette structure a blessé son égo. C’est fort de ce qu’il considère comme un “affront” qu’il a ouvert une cabale médiatique contre Brice Constant Paillat pour lui contester ce droit.

 

La publication de la note qui remet en cause son statut au sein du BEIAA, est à l’origine du déferlement d’agressions verbales contre Brice Constant Paillat sur la toile. La vidéo de Jonas Moulenda en fait foi. Cet activiste gabonais, en exil en France, a reçu pour mission d’écorcher par tous les moyens l’image du ministre des transports.

 

Ce qui est reproché à l’agent Serge Olivier Nzikoué, ce sont ses méthodes. Le spectre de l’informel plane sur chaque initiative entreprise par ce personnage. Il serait à la tête d’un vaste réseau de “faussaires”, sinon comment expliquer qu’un agent sans aucun document “authentiques” pourrait-il aller aussi loin dans sa forfaiture?

 

De sa prétendue prestation de serment au recrutement frauduleux de 153 agents au BEIAA, l’homme patauge dans le faux. Ce n’est pas sa factice carte d’assermentation qui pourra plaider pour sa cause. Serge Olivier Nzikoué s’est spécialisé dans la forfaiture au vu et au su de tout le monde.

 

Cerise sur le gateau, il tente en ce moment même d’extorquer de l’argent aux jeunes compatriotes (50.000F CFA /personne, soit près de 8.000.000F CFA) pour un procès éventuel et perdu d’avance. Comme s’il n’avait pas suffisamment floué ces jeunes gabonais. N’a-t-il pas dit que le BEIAA avait son avocat? Pourquoi donc demander 50.000F CFA à chaque enfant? Une autre escroquerie.

 

Pour les juristes consultés, cet agent pourrait rapidement sortir du circuit au regard des infractions accumulées. Il risquerait gros si la justice se saisit de son affaire.

 

Digiqole ad

Support

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *