Enseignement Supérieur: Encore l’UOB!!!

 Enseignement Supérieur: Encore l’UOB!!!

L’on croyait déjà la mythique Université Omar Bongo(UOB) engloutie par le silence depuis l’ère Ropivia. Mais comme on dit, “le chat qui dort n’est pas mort”. Une fois de plus, l’UOB vient encore de faire parler d’elle.

 

C’est au lendemain du 10 novembre dernier que les étudiants boursiers qui, pour la plupart, espéraient percevoir leur dû, alors qu’ils avaient déjà passé toute l’année universitaire 2019-2020 sans un sou, vont prendre d’assaut le Grand portail.

Cette situation vécue comme un véritable défit contre les restrictions du gouvernement en matière de rassemblement, montre combien les étudiants en colère face à ce que beaucoup ont qualifié de “manipulation de leur argent”, sont encore capables de poser leur problème par la grève pour chercher à se faire entendre.

 

Seulement, ce mouvement d’humeur a immédiatement conduit les autorités universitaires, ayant constaté l’ampleur de cette situation qui a mobilisé des troupes de gendarmes au portail et aux abords de l’UOB, à suspendre les cours jusqu’à nouvel ordre. Une décision qui vient alourdir le climat universitaire.

 

Certains étudiants expriment leur désolation au regard de l’année dite façon façon.

“C’est regrettable cette situation dans laquelle nous nous retrouvons encore, car faire grève devient comme un module à valider ici. C’est toujours à cause du retard dans le paiement des bourses. Jusqu’à quand devons-nous subir cela?” , s’est interrogée Alissia, Etudiante en Faculté de Droit et des Sciences Economiques.

Pour d’autres, l’inquiétude se fait ressentir face aux perturbations que subit l’année universitaire.

“Voici les cours suspendus. Nous ne savons pas quand est-ce que nous reprendrons le chemin de la fac. Et dans tout cela, nous n’avons pas encore achevé l’année académique 2019-2020, et voici que 2021 se pointe à l’horizon”, a dénoncé le jeune Parfait, Etudiant en Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

 

Face à tout cela, il semblerait que le gouvernement, par son manque d’anticipation dans la résolution des problèmes, aime quand l’UOB sort de ses gongs. Pourquoi n’a t-il pas pensé à verser aux étudiants leur bourse à temps? Pourquoi faut-il que les étudiants de l’UOB mendient ce qui leur revient de droit? A quel moment faudrait-il penser à la modernisation de l’UOB?

Ce sont là autant de questions que l’on puisse se poser, 50ans après la fondation de cette Université mère du Gabon.

Digiqole ad
Laurenne M.

Laurenne M.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *