Les étudiants de l’ENS en grève contre la bancarisation

 Les étudiants de l’ENS en grève contre la bancarisation

C’est à la suite de leurs différentes démarches entreprises auprès des administrations impliquées dans l’épineuse question de bancarisation que les étudiants de l’Ecole normale supérieure (ENS) se sont décidés d’entrer en grève ce lundi 16 mars, comme pour témoigner leur refus à ce processus considéré inopportun.

Il y a un peu plus d’un an déjà que les étudiants de l’Ecole normale supérieure sont bisbille avec leur administration de tutelle autour de l’épineuse question de bancarisation. Lorsque la question leur a été ouvertement posée durant l’année académique 2018-2019, ces derniers ont sèchement opposé une résistance à toute éventualité de bancarisation, soupçonnant une volonté sourdine de saucissonner leur bourse.

Cette année encore, alors qu’ils attendaient, disent-ils, quelques garanties pouvant leur permettre d’avoir un statut spécial auprès de la banque, relativement à leur statut d’enseignant stagiaire, la question ressurgit et ce, quelques deux semaines avant l’éventuel paiement de leurs bourses. Un calendrier indiquant comme impératif l’ordre de passages aux fins de se faire bancariser à la Banque internationale commerciale et industrielle du Gabon (BICIG), s’étendant du 06 au 18 mars, se trouve ne pas être au goût des étudiants, qui sont éventuellement censés percevoir leur dû le 20 mars prochain.

Face à ce qu’ils considèrent comme étant une obstination du Ministère de l’Enseignement supérieur à les astreindre à la bancarisation, les normaliens se sont résolus ce 16 mars à entrer en grève pour contester la contrainte. Ces derniers dénoncent entre autres : l’inexistence d’une décision gouvernementale y relative ou d’un décret ; l’opacité des modalités de ladite bancarisation (les étudiants disent n’être pas permis de prendre connaissance du contrat avec la BICIG avant sa signature) ; l’absence de communication de l’administration de l’ENS et la non prise en compte du statut particulier du normalien.

Si le service de la scolarité de l’ENS, dans une  note d’information datant du 12 mars 2020, exonère pour l’heure les nouveaux admis au concours session 2020 de ce processus, il y a cependant que  pour le Secrétaire général du Ministère de l’Enseignement supérieur, Pr. Frédéric Mambenga Ylagou, dans sa note 000122 du 13 mars suivant, la perception de la bourse ne sera désormais possible qu’après s’être bancarisé.  Et au Directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor, Franck Yann Koubdje, de notifier le même 13 mars au Directeur général de l’ENS à prendre toutes les dispositions pour que les étudiants puissent se faire enrôler.

« Je vous notifie en conséquence par la présente que, le paiement des bourses des élèves de l’ENS, au titre de la prochaine échéance de mars, se fera par l’intermédiaire des partenaires bancaires. Toutes les dispositions doievent être prises par votre administration et par les élèves pour l’ouverture des comptes bancaires en vue de faciliter cette opération qui n’est plus assignée à la caisse du trésor », a-t-il indiqué.

Situation qui, non seulement semble créer la confusion chez les étudiants, mais également mécontente plus d’un.

Digiqole ad
Avatar

François Adzui Nguere

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *