Gabon/Trafic d’ivoire: 5 pointes saisies à Oyem

 Gabon/Trafic d’ivoire: 5 pointes saisies à Oyem

Libreville, le 04 mai 2021. Des agents de la Direction Générale des Recherches (DGR) ont saisi ce jour cinq(5) pointes d’ivoire d’éléphant. En effet, ce mardi 04 mai, dans la ville d’Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem au nord du Gabon, une information relative à une vente illicite d’ivoire dans un quartier de la commune est parvenue aux agents de la DGR. Les enquêteurs ont ouvert une procédure pour freiner cette affaire. Ainsi, une équipe conjointe, composée des agents de ladite unité et des Eaux et Forets avec l’appui des membres de l’ONG Conservation Justice, va se rendre sur les lieux indiqués afin de mettre la main sur la personne soupçonnée de trafic d’ivoire.

 

Sur le lieu indiqué, après quelques minutes d’attente, un individu muni d’un sac à dos de couleur noir est apparu. Monsieur Joseph Mba Ella, de nationalité gabonaise, la cinquantaine révolue, va être interpellé en possession de cinq(5) pointes d’ivoire sectionnées en 14 morceaux. Il sera conduit immédiatement au poste puis gardé à vue dans les locaux de la DGR.

Joseph Mba Ella, présumé trafiquant d’ivoire, et les pointes sectionnées.

Notons que le prévenu sera présenté devant la formation spéciale du parquet de Libreville pour répondre des faits de détention et de tentative de vente d’ivoire qui lui sont reprochés. Il risque jusqu’à 10ans de prison conformément à l’article 388 du code pénal.

 

A titre de rappel, le trafic d’ivoire représente un grand risque de disparition pour l’éléphant, une espèce qui se produit lentement. “Les éléphants vivent généralement en grands troupeaux, constitués de femelles et de leurs petits. La femelle porte son petit dans son ventre pendant près de deux(2) ans, entre 20 et 22 mois, avant de le mettre au monde”, indique l’encyclopédie Vikidia. Ce rythme de reproduction pourrait être encore plus lent si le braconnage et le trafic d’ivoire sont toujours pratiqués.

 

 

Conservation Justice

Digiqole ad
Laurenne M.

Laurenne M.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *