Gabon/Régies Financières: les primes désormais au mérite.

 Gabon/Régies Financières: les primes désormais au mérite.

C’est suite à l’audience qu’avait accordé le Président de la République Ali Bongo Ondimba au Premier Ministre Rose Christiane Ossouka Raponda et les représentants des syndicats des Régies Financières il y a quelques jours, que certains membres du gouvernement ont tenu une conférence de presse ce samedi 21 novembre 2020 pour éclairer l’opinion sur les décrets fixés lors du dernier conseil des ministres portant sur les modalités d’attribution des primes.

 

Avec les grèves répétitives dont connaissent les Régies Financières et ce depuis près de quatre(4) mois, l’on pouvait s’attendre à des décisions beaucoup plus apaisantes de la part du gouvernement face à cette situation. Mais ce dernier, représenté par Sosthène Ossoungou, Madeleine E. Berre et Nicole Lydie Roboty Epse Mbou, respectivement ministres du Budget, de la Fonction Publique et Déléguée à l’Economie, s’est plutôt penché sur des modifications et les nouvelles modalités d’octroiement des primes qui consistent à non seulement permettre la bonne gestion des finances publiques, encourager la performance et récompenser uniquement les travailleurs méritants, mais aussi garantir l’équité et renforcer la transparence dans l’administration.

Nicole Lydie Roboty Epse Mbou, Ministre déléguée à l’Economie

“Le paiement de la prime budgétaire sera dorénavant liée à la réalisation et à l’atteinte des objectifs. Il faut désormais l’obligation des résultats pour prétendre avoir cette prime à la performance budgétaire”, a précisé Nicole Lydie Roboty, avant d’ajouter que la prime sera supprimée pour tous les agents grévistes. Selon le membre du gouvernement, ne bénéficieront de cette prime que les agents qui assurent le service minimum en cas de grève.

 

Mais comment cette obligation de résultats sera t-elle évaluée si la méritocratie n’a presque jamais été conjuguée dans la quasi totalité de l’administration? Parlant de la suppression de la prime chez les grévistes, ne serait-ce pas là une forme de chantage ou d’intimidation à l’endroit de ces derniers qui expriment le droit à la grève qui est tout à fait légitime?

Madeleine E. Berre, Minitre de la Fonction Publique

Sur cette question de légitimité, Madeleine E. Berre est revenue sur le droit de grève, peut-être pris en guise d’interpellation ou de mise en garde aux syndicalistes. “Le droit de grève est un droit reconnu…le syndicaliste a le droit de défendre ses intérêts mais il doit les encadrer avec un certain nombres de règles…Il doit assurer le service minimum, respecter la liberté du travail et éviter le sabotage”, a t-elle rappelé.

 

Dans tous les cas, c’est le gouvernement lui-même qui prend des mesures allant dans le but d’améliorer les conditions de travail des agents publics. Il doit donc prendre ses responsabilités en cas de modification de ces mesures afin de veiller au respect de celles-ci pour le bon fonctionnement de l’administration.

Digiqole ad
Laurenne M.

Laurenne M.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *