Qui en veut à Bilie-By-Nze et pourquoi maintenant ?

 Qui en veut à Bilie-By-Nze et pourquoi maintenant ?

Alain-Claude Bilie By-Nze, ministre gabonais des Affaires étrangères est actuellement la cible d’un véritable cabinet noir qui a visiblement pour mission de le salir à volonté. La question reste de savoir pourquoi lui ?

Les premières escarmouches ont débuté avec l’article de Jeune Afrique qui le présente comme potentiel Premier ministre, même si JA cite aussi Denise Mekamne la ministre des Relations avec les institutions. Après Jeune Afrique de nombreux médias gabonais sont revenus abondamment sur les premiers ministrables et le nom du ministre des Affaires étrangères a été cité abondamment.

Ceci explique-t-il pourquoi Bilie-By-Nze est devenu l’homme à abattre ?

Dans tous les cas ses détracteurs ont choisi un avatar pour salir l’homme sur une affaire de dette de 130 millions. En indiquant qu’une plainte a été déposée au Tribunal de Libreville l’affaire parait vraisemblable. Alors que tout est faux. D’ailleurs, qui a vu la fameuse plainte ? Les personnes citées peuvent-elles fournir une copie d’un bon de commande qui atteste de cette dette ? Qui peut croire qu’on puisse vendre des passeports de service, qui par définition, ne peuvent être attribués qu’à ceux qui occupent des fonctions au sein de l’administration publique ? Une ligne budgétaire peut-elle vraiment être dégagée dans un ministère pour payer une dette personnelle ?
Il est clair que depuis que des articles paraissent dans la presse internationale certains ne dorment plus !

Mais à qui cette campagne de désinformation profite-t-elle ?

La mise en place d’un cabinet noir pour salir un certain nombre de personnalités est-ce une réalité ou une vue de l’esprit ? Certaines sources parlent du recrutement de plusieurs journalistes, dont beaucoup d’anciens, pour diriger des attaques en règle.

Après avoir souvent essuyé les critiques d’une partie de l’opinion gabonaise parce qu’il portait la parole présidentielle, puis celle du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze a progressivement inversé la tendance ces dernières années en incarnant désormais parmi d’autres au gouvernement, la figure du savoir-faire à toute épreuve.

En effet, ils sont de plus en plus nombreux dans l’opinion à voir en lui un travailleur acharné d’autant que ses œuvres sont visibles. Du ministère de la communication, aux Affaires étrangères, en passant par le sport, le Tourisme et la culture l’homme a laissé sa marque de fabrique : il fait bouger les lignes et impulse le changement.

Mais ce qui est sûr même ses opposants les plus acharnés reconnaissent les qualités de travailleur infatigable de l’homme qui porte désormais la diplomatie gabonaise sur tous les fronts avec pour dernier chantier la réforme de la CEEAC.

Digiqole ad
Laurenne M.

Laurenne M.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *