TRAFIC D’IVOIRE/Six pointes d’éléphants saisies à Lastoursville

 TRAFIC D’IVOIRE/Six pointes d’éléphants saisies à Lastoursville

Bernard MOKOKO, Jean BONGOMBE et Apollinaire ANGOUE en possession des six pointes d’ivoire

Libreville, le 11 Septembre 2020. La Direction Générale des Recherches de l’Ogooué-Lolo et la Direction provinciale des Eaux et Forêts viennent de mettre la main sur trois (3) présumés trafiquants d’ivoire. En effet, le jeudi 10 septembre 2020, leurs agents ont constitué une équipe d’intervention appuyée par l’ONG Conservation Justice, suite à une information provenant d’une source anonyme concernant une éventuelle vente d’ivoire dans la commune de Lastoursville, dans la province de l’Ogooué-Lolo.

 

Arrivée sur les lieux, l’équipe a déployé un dispositif dans le but d’appréhender les présumés trafiquants. Après trois longues heures d’attente, un individu aux allures suspectes est apparu. Il portait une grosse valise grise. L’individu s’est dirigé vers le lieu indiqué par l’informateur. Aussitôt, les agents ont lancé l’assaut et interpellé le suspect.

 

Bernard MOKOKO a été arrêté puis fouillé par les agents. Six (6) pointes d’ivoire ont été trouvées dans la valise qu’il transportait. Interrogé sur la provenance de ces pointes d’ivoire, il a avoué être propriétaire d’une paire des pointes d’ivoire avant de citer ses complices dont Jean BONGOMBE et Apollinaire ANGOUE, tous de nationalité gabonaise, comme étant les propriétaires de chacune des deux autres paires d’ivoire. Jean BONGOMBE, par ailleurs chef de regroupement du village Bakoussou, et Apollinaire ANGOUE ont respectivement été interpellés au village Bakoussou et à la gare ferroviaire de Lastoursville.

 

Tous ont été conduits à la Direction Générale des Recherches de l’Ogooué-Lolo à Koula-Moutou. Les trois compères ont reconnu les faits après avoir été auditionnés puis gardés à vue. Selon les nouvelles dispositions de la Loi, ils risquent une peine maximale de dix (10) ans de prison et une lourde amende.

 

 

 

CONSERVATION JUSTICE

Digiqole ad
Laurenne M.

Laurenne M.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *